Qu'est-ce que le Taekwondo ?

Le Taekwondo est un art martial coréen.
Son nom signifie « la Voie (do) du pied (tae) et du poing (kwon) », avec pied et poing utilisés dans le sens de donner des coups de pied et de poing. Mais, contrairement à ce que l'on peut souvent lire, il ne s'agit pas de coréen, mais de sino-coréen : Taekwondo se trouve en fait être la lecture coréenne des idéogrammes chinois (hanja) ci-contre.

Plus concrètement, on peut résumer en disant que le Taekwondo est l'art d'utiliser avec le maximum d'efficacité toutes les parties du corps humain susceptibles de servir d'armes de défense ou d'attaque, en particulier les mains et les pieds.

Le pratiquant de Taekwondo est le taekwondo-in (à la coréenne) ou taekwondoïste (version francophone mais également rencontrée chez les anglophones... et peut-être ailleurs).

 

Quelles sont les spécificités du Taekwondo ?

Un art martial « pieds-poings »

On peut, pour schématiser, considérer qu'il y a 3 « catégories » dans les arts martiaux :
- les arts de projections et luxations : on neutralise son adversaire en le projetant, ou en l'immobilisant par des techniques de luxation (également appelées « clés »)
- les arts pieds-poings : on utilise ses pieds et ses poings, ou même d'autres parties du corps, pour frapper et venir à bout de son adversaire
- les arts d'armes : on se défend à l'aide d'une ou plusieurs armes, qu'elle(s) soi(en)t tranchante(s), contondante(s), de jet, ...

Bien sûr, il n'y a rien de figé, et si certaines disciplines relèvent très majoriatirement d'une catégorie, comme le Judo et l'Aïkido (essentiellement basés sur les projections et luxations), ou le Kendo (maniement du sabre), d'autres relèvent de plusieurs catégories comme le Hapkido où l'on travaille les trois aspects, même si pas forcément dans les mêmes proportions.
Le Taekwondo quant à lui est un art martial pieds-poings, ce qui n'est somme toute guère surprenant pour une discipline dont le nom, rappelons-le, signifie « la Voie du poing et du pied ». Il y a tout de même des techniques de clé, mais elles sont une composante mineure et moins approfondie. En revanche, le maniement d'une arme, quelle qu'elle soit, ne figure pas dans la formation du taekwondo-in.

 

Taekwondo : spécialité coups de pieds

Twio momdolyo en Taekkyon Twio momdolyo en Taekwondo
Un coup de pied retourné sauté en Taekkyon... et le même en Taekwondo

Comme expliqué plus en détails dans l'historique, le Taekwondo se trouve dans la continuité d'une longue tradition d'arts martiaux en Corée ; parmi eux, il y a le Taekkyon, qu'on pourrait traduire par « frapper avec les pieds en les utilisant comme des armes », et qui, on s'en doute avec un tel nom, est spécialisé dans les techniques de jambes.
En digne descendant du Taekkyon, notre art martial a su fonder sa réputation sur sa vaste palette de coups de pied, et leur efficacité, ainsi que sur leur côté spectaculaire : les techniques sautées ont valu au Taekwondo d'être un temps surnommé « Karaté volant ».

Et, sans prétendre que les coups de pied utilisés en Taekwondo sont totalement identiques à ceux du Taekkyon, il n'en demeure pas moins que l'on peut toujours remarquer de fortes similitudes, comme sur les deux photos ci-contre.

 

Un art martial « unifié » : 

L'une des particularités du Taekwondo, par rapport à d'autres arts martiaux, pour ne pas dire presque tous, c'est que c'est un art martial « unifié » : alors qu'il existe un très grand nombre de styles de karaté (Shotokan, Kyokushinkaï, Wado-ryu, etc.) ou de kung-fu (Wing chun, Zui quan, Hou quan, etc.), il n'y a qu'un seul style de Taekwondo.
Si on peut toujours trouver de petites différences selon le kwan d'origine, elles sont minimes, l'important reste que partout où l'on fait du Taekwondo, on pratique les mêmes poomsés (équivalent des katas de karaté ou taos du kung-fu), les mêmes techniques, et applique les mêmes règles de compétition.

 

Est-ce dangereux ?

La pratique d’un art martial peut comporter certains risques, on ne peut le nier, mais quelques précisions s'imposent.
La vraie question à se poser, c'est : « le Taekwondo est-il plus dangereux que les autres sports ? » À ceci, on peut répondre avec certitude que non.
Le principal risque de blessure est lié aux combats, mais entre les protection et l'encadrement des professeurs, les risques sont très limités à l'entraînement.
En revanche, dans sa globalité, le Taekwondo faisant travailler l'ensemble du corps, il aurait plus tendance à prévenir les blessures qu'à les provoquer, comme expliqué dans les bienfaits.

Alors, pourquoi le Taekwondo souffre-t-il parfois d'une image de « sport » dangereux et violent ? C'est probablement dû en partie aux impressionnants KO que l'on a pu voir lors des Jeux olympiques. Il faut croire que les coups de pied retournés au visage marquent plus les esprits que les KO sur coups de poing de la boxe, que Sébastien Chabal fracturant la machoire d'un Néo-Zélandais lors d'un plaquage au rugby, ou encore que la double fracture du tibia de Djibril Cissé lors d'un match de football pourtant amical.
En tous les cas, on a pu remarquer dans nos clubs que la plupart des blessures constatées étaient soit dues à une fragilité pré-existante, soit tout simplement qu'elles n'arrivaient pas au Taekwondo, mais lors d'une autre activité sportive. Et, proportionnellement au nombre de licenciés, on relève moins de blessures par an au Taekwondo qu'au football.

 

Qui peut pratiquer le Taekwondo ?

Tout le monde le peut, il n'y a aucune restriction à la pratique du Taekwondo : ni sexe, ni âge, ni autre.
Toutefois, la pratique n'est ouverte chez nous qu'à partir de 6 ans, 5 ans dans certains cas. De nombreux clubs proposent des sections à partir de 3 ans, il nous semble que cela revient plus à de la garderie qu'à de réels cours de Taekwondo, c'est pourquoi nous n'en proposons pas.

 

Faut-il être souple pour faire du Taekwondo ?

Pascal Russello en yop djileugui, et en grand écart
Pascal Russello en grand écart

Indéniablement, ça aide, mais ce n'est pas une obligation, et lorsqu'on débute il est en fait plutôt normal de ne pas être très souple.
De même que l'endurance ou la technique, la souplesse se travaille ; il ne faut pas se focaliser là-dessus, et arrêter de croire la légende urbaine comme quoi faire le grand écart est indispensable à la pratique du Taekwondo ou d'un autre art martial.

 

Quels sont les bienfaits apportés par le Taekwondo ?

Bienfaits physiques

Amélioration de la mobilité et de la résistance du corps.

De nombreux sports sollicitent le corps de façon déséquilibrée, par exemple le tennis où l'on utilise toujours le même bras pour frapper la balle, ou le football où à peu de choses près seules les jambes travaillent.
Le Taekwondo au contraire fait travailler l'intégralité des groupes musculaires du corps, ainsi que la mobilité des articulations dans leur ensemble. Ainsi, il permet de maintenir une excellente condition physique générale, même à un âge avancé, et ce sans provoquer de déséquilibres ou de pathologies.

 

Réduction des problèmes musculo-squelettiques

Le renforcement de l'ensemble des groupes musculaires entraîne une meilleure résistance du corps, et une meilleure répartition des forces qui s'exercent sur lui.
Par exemple, le renforcement de la ceinture abdominale permet un meilleur maintien du bas du dos, dont les parties osseuses et cartilagineuses sont alors moins sollicitées, et donc moins enclines au développement de douleurs diverses comme les lombalgies ou les blessures dues à une faiblesse musculaire.

Autres bénéfices

On retrouve ensuite tous les bénéfices relatifs à la pratique d'une activité physique : - le corps récupère mieux et plus vite en cas de fatigue ou de maladie
- réduction des problèmes de surpoids et des pathologies liées : problèmes articulaires, cardio-vasculaires, diabète de type 2 (aussi appelé diabète gras), etc.
- augmentation de la capacité pulmonaire et vasculaire
- réduction des risques de maladies cardiaques : une activité physique régulière permet de réduire jusqu'à 30% les risques de maladies cardiaques
- réduction du risque de cancer : chez les femmes par exemple, le risque de cancer du sein est notablement réduit chez celles qui pratiquent une activité physique régulière.

 

Bienfaits intellectuels

Une activité phyisque telle que le Taekwondo n'a pas que des effets sur le corps, mais aussi sur l'intellect.
Par l'approche globale du corps, et en travaillant autant du côté gauche que du côté droit, le pratiquant fait fonctionner son cerveau de façon plus large. Les deux hémisphères du cerveau, qui commandent chacun un côté, sont également sollicités, de sorte que l'intelligence ne se focalise pas sur une latéralisation donnée (un droitier se sachant rien faire de sa partie gauche, par exemple).

Par ailleurs, le fait de faire fonctionner le cerveau pour des tâches de compréhension et de mémorisation permet d'en développer et d'en maintenir les capacités, conduisant le pratiquant à conserver un bon fonctionnement cérébral, même en vieillissant.

Enfin, les travaux de Fred Gage ont démontré que les neurones de souris de laboratoire se régénèrent lorsqu'elles jouent dans leur roue, on sait aujourd'hui qu'il en est de même pour les humains.
La pratique sportive permet, par une meilleure oxygénation du cerveau notamment, de favoriser la régénération des cellules cérébrales dans l'hypocampe (qui gère la mémoire et l'humeur). Plus on fait d'exercice, plus les neuronnes se forment et augmentent le nombre de connexions entre eux, ce qui permet d'améliorer les performances intellectuelles (la mémoire entre autres). En Suède, une étude menée sur 35 ans a montré que les individus ayant marché au moins 3 km chaque jour sont deux fois moins nombreux à souffrir de démence sénile et de la maladie d'Alzheimer que ceux n'ayant marché que 500m par jour.

 

Bienfaits psychologiques

Mens sana in corpore sano :  un esprit sain dans un corps sain. Ces deux aspects sont pourtant difficilement dissociables. Lorsque l'un d'eux faillit, l'ensemble souffre. En améliorant la condition physique générale, l'aspect corporel, on améliore également l'aspect spirituel.

Tout d'abord, et ce comme toutes les activités physiques, le Taekwondo permet de transformer la fatigue psychologique en fatigue physique. Et alors qu'une nuit de sommeil normale ne permet pas d'évacuer totalement stress et tensions, elle permet au contraire de complètement récupérer d'une bonne fatigue physique. Ce processus de transformation est donc très important, car en évacuant le stress lors de la pratique, il ne reste que la fatigue physique, qui est éliminée à son tour grâce au repos, tout aussi important dans une pratique sportive saine que l'activité intense.

Ensuite, nous connaissons bien maintenant les intéractions entre le corps et l'esprit. Lorsque l'un des deux ne va pas, l'autre ne va pas non plus : c'est la spirale de la déprime, d'une fatigue qui semble ne jamais finir. La pratique du Taekwondo permet de rompre cette spirale.
En améliorant la condition physique, le corps n'est plus un poids, il n'est plus source de soucis, mais au contraire source de bien-être et de satisfaction. L'esprit peut alors se concentrer d'avantage sur les problèmes psychologiques, qui sont amoindris lorsque le corps va bien.